Suites pour violoncelle de J.S. BACH

23 janvier 2011 par Webmestre

 

Dimanche 17 juin 2012 à 16h00

en l’église Saint-François de Vanves
 

Le programme

 

  • Suite pour Violoncelle N° 1 BWV 1007 - Sol Majeur (1720)

 

Son prélude est sans doute le mouvement le plus connu de toutes les suites pour violoncelle, car entendu de nombreuses fois à la télévision ou dans les films. Il consiste principalement en une succession d'arpèges.

 

Prélude - Allemande - Courante - Sarabande - Menuet I & II - Gigue

 

  • Suite pour Violoncelle N° 2 BWV 1008 - Ré mineur (1721)

 

Prélude - Allemande - Courante - Sarabande - Menuet I & II - Gigue

 

  • Suite pour Violoncelle N° 3 BWV 1009 - Do Majeur (1722)

 

Prélude - Allemande - Courante - Sarabande - Bourrée I & II - Gigue

 

  • Poèmes de :

M. Tsveyaeva, illustre poétesse russe de la première moitié du XXe siècle qui vécut plusieurs années à Vanves.

Fille d’un professeur elle commence à écrire dès l’âge de six ans. Dès 1922, elle est hostile à la révolution russe. Elle quitte l’URSS afin de rejoindre son mari, ancien officier de l’armée blanche. Ils vivent d’abord à Berlin puis à Prague, avant de s’installer à Paris. De 1934 à 1938, elle demeurera au 33/ 65 rue Jean-Baptiste Potin, l’un des plus anciens immeubles de Vanves. Cette demeure est décrite dans son poème lyrique « La Chanteuse ».

Face à la solitude, l’exclusion dans le milieu parisien, l’absence de notoriété, la pauvreté, elle décide en 1939 de rentrer en URSS. Frappée par la misère, l’exclusion, la peur, l’isolement, elle se suicidera lors de l’invasion allemande. En 1960, ses œuvres commencent à être connues dans le bloc de l’Est. Elles gagnent progressivement les faveurs du public.

C’est aujourd’hui un des poètes les plus lus, les plus estimés du XXe siècle.

 

P. Desportes, Abbé de Tiron, poète de cour à Vanves, de 1580 à 1606

 

Jean-Sébastien BACH (1685-1750)

 

De 1717 à 1723, Bach est maître de chapelle à la cour du prince Léopold de Anhalt-Cöthen. Le prince est musicien, attentionné et calviniste. Cette période heureuse de la maturité est propice à l'écriture de ses plus grandes œuvres instrumentales pour luth, flûte, violon (Sonates et partitas pour violon solo), clavecin (premier livre du « Clavier bien tempéré »), violoncelle (Suites pour violoncelle seul), et les Six Concertos brandebourgeois.

Trois copies de le ces suites nous sont parvenues :

Une copie de la main d’Anna Magdalena Bach, sa seconde épouse, une de la main de Westphal, organiste à Hambourg et sans doute son élève, cette copie a un phrasé et des ornements plus précis, et une copie de Kellner, ami de Bach qui fut maître de chapelle en Thuringe, à Grafenrode.

Les six suites suivent un plan de suite de danses avec ses quatre danses obligatoires : allemande, courante, sarabande et gigue, toutes dans la même tonalité.

(source : Wikipedia)

 

 

Les interprètes

 

Martin BARRAL

Après des études musicales complètes (piano, violoncelle, analyse, harmonie et musique de chambre) et une formation à la direction d’orchestre auprès des meilleurs professeurs, Martin Barral entame en 1984 une double carrière de violoncelliste (orchestres des concerts Lamoureux, Pro Arte et Solistes de France) et de chef d’orchestre en créant l’orchestre De Musica qui connait rapidement le succès avec ses enregistrements des concertos pour flûte de Quantz, salués par la critique.

En 1998, Martin Barral remporte le concours pour devenir chef permanent de l’orchestre symphonique du Campus d’Orsay, avec lequel il vient de donner en création mondiale le concerto pour violoncelle de Philippe Chamouard.

Il continue en parallèle sa carrière de professeur de violoncelle et est invité à diriger d’autres orchestres.

  

Aloys GUITTON (récitant).

Jeune artiste vanvéen, vainqueur du festival des jeunes talents d'Ile de France en mai 2006 et nommé «citoyen d'honneur de la Ville de Vanves» en janvier 2007 pour son dévouement dans la vie artistique de la commune.